Presse

MADAME CHRYSANTHEME – Opéra de Marseille – Mars 2016

« Dans des rôles doubles (…) Yves et René, le premier ami, le second (peut-être frère) du héros, le Yann Toussaint incarne de sa magnifique voix noble de baryton, égale sur tout son registre, le seul personnage nuancé de l’œuvre, sensible autant que viril, muré dans sa fidélité à l’épouse lointaine, digne et un peu distant mais témoin lucide du spectacle guère reluisant de son supérieur Lieutenant. » (Benito Pelegrin, in benitopelegrin-chroniques.blogspot.fr)

« (…) un Yann Toussaint des grands jours, frère et confident à la fois, faux rival mais vrai complice en tout. Déjà remarqué dans « L’Aiglon » le mois dernier, ce sympathique baryton charrie des tonnes d’émotion simple avec un timbre racé, solide, haut, clair, qui sait se moirer des nuances du lied quand il le faut. Un artiste à suivre… » (Christian Colombeau, in podcastjournal.net)

« Le baryton Yann Toussaint prête sa voix mâle au matelot bien dans sa peau, pour qui la Bretagne n’est pas un ailleurs vague mais la terre natale et le lieu de ses amours et en qui s’allient la masculinité, la sensibilité et la fidélité. Complémentaire du héros il n’est en aucun cas son rival ou son adversaire et ne peut donc constituer avec lui un couple dramatique. » (Maurice Salles, in Forumopera)

« (…) dans le rôle d’Yves, le baryton Yann Toussaint nous enchante tout d’abord par une voix particulièrement bien timbrée et ensuite par un chant irréprochable. » (Corinne Le Gac, in Operaworld)

 

L’AIGLON – Opéra de Marseille – février 2016

« Révélation de la soirée: Yann Toussaint. Un physique à la Jacques Fabbri, une voix comme on n’en fait plus, une présence écrasante… Son Chevalier Prokesch-Osten, sorti tout droit d’un film d’Abel Gance ou de Guitry est suffocant d’accents vrais car finalement plein de compassion non dissimulée pour le fils du « boucher de l’Europe »… »  (Christian Colombeau, in podcastjournal.net)

« Yann Toussaint prête sa belle voix de baryton au Chevalier de Prokesch-Osten, donnant une humanité un peu naïve au personnage d’instructeur militaire autrichien ami du  jeune Duc. » (Benito Pelegrin, in benitopelegrin-chroniques.blogspot.fr)

« L’entourage parfaitement dessiné (chœur compris) de cette incarnation en tous points mémorable ne mérite que des éloges : (…) l’autorité du chevalier de Prokesch-Osten de Yann Toussaint… » (Jean-Luc Clairet, in resmusica.com)

 

MARIA STUARDA – Opéra du Grand Avignon – janvier 2016

« Le baryton Yann Toussaint a livré une interprétation magistrale du chancelier Cecil. Sa voix ressortait, belle et puissante, chaque fois qu’un espoir semblait naître pour Maria Stuarda, afin de l’anéantir. » (Damien Dutilleul, in Olyrix.com)

« Ennemi politique de la reine d’Écosse, Cecil, est chanté par le baryton Yann Toussaint qui en aiguise l’implacable Raison d’état d’une inflexible voix aux éclats d’acier qui en appellent à ceux de la hache. » (Christophe Floquet, in classiquenews.com)

« Le jeune Yann Toussaint, appelé à remplacer Etienne Dupuis avant le début des répétitions, tire très dignement son épingle du jeu en Cecil » (Richard Martet in Opéra Magazine n° 115 – mars 2016)

« Yann Toussaint, Cecil au timbre riche et ductile. » (Emmanuel Andrieu, in opera-online.com)

 

LA CHAUVE-SOURIS – Opéra du Grand Avignon – décembre 2015

« Yann Toussaint ne manque pas d’entrain ni de robustesse en Duparquet. » (Gilles Charlassier, in concertonet.com)

« Yann Toussaint donne beaucoup de relief à Duparquet. » (Emmanuel Andrieu, opéra-online.com)

 

LA BOHEME – Opéra du Grand Avignon – février 2015

« Le quatuor des artistes est remarquable de cohésion vocale et musicale : Yann Toussaint est un Schaunard dont on déplore le peu d’espace que laisse la partition au musicien du groupe. » (Benito Pelegrin, in classiquenews.com)

« Lorsque Yann Toussaint en Schaunard et Ugo Guagliardo en Colline se joignent à eux, c’est un quatuor de choc, tonique et sonore, qui emporte l’adhésion et suscite l’enthousiasme. » (Fabrice Malkani, in forumopera.com)

« Le public avignonnais (…) a apprécié de réentendre les superbes voix d’Ugo Guargliardo (Colline) Lionel Lhote (Marcello) et Yann Toussaint (Schaunard) et de Lionel Peintre (Benoît). » (Francis Pabst, in musiquesenprovence.blogspot.fr)

 

OTELLO – Chorégies d’Orange – août 2014

« On connaît le soin avec lequel sont choisis, du premier au dernier, les interprètes des Chorégies. Bel exemple : en une seule phrase, Yann Toussaint, le héraut, annonçant l’arrivée de la galère vénitienne, déploie une voix large de basse prometteuse. » (Benito Pelegrin, in classiquenews.com)

 

OTELLO – Opéra de Marseille – avril 2013

« Tous les rôles seraient à citer dans cet opéra resserré sur trois héros essentiels (…) un Montano  campé par le sonore baryton Yann Toussaint qu’il nous sera donné d’entendre ensuite dans deux airs d’opéra au Pavillon M lors de la présentation de la prochaine saison lyrique. » (Benito Pelegrin, in benitopelegrin-chroniques.blogspot.fr)